L'immunité du veau

 

LE COLOSTRUM

 

Le veau naît sans anticorps, donc sans protection immunitaire: c’est le colostrum qui apporte les anticorps. Le colostrum doit être issu de la 1ère traite : c’est le plus riche en immunoglobulines il y a ensuite dilution.

 

Deux protocoles d’administration donnent des résultats satisfaisants en terme d’immunité :

 

1.      Le protocole qui donne les meilleurs résultats est la distribution de 4 litres de colostrum au biberon quand le veau est encore mouillé et/ou le gavage à la sonde dès que possible, dans la 1ere heure après le vêlage.  Le volume implique le passage du colostrum non digéré dans l’intestin, la flore ruminale étant encore absente, il n’y a pas  de risque d’indigestion.

Une seule administration à la dose de 4 litres est suffisante, ensuite le colostrum peut être administré à plusieurs reprises pour améliorer ultérieurement l’immunité du veau.

 

2.      Administration de 2 litres dans la première heure et de 2 litres dans les 6 heures suivantes et impérativement avant les 12 heures.

 

C’est le premier repas le plus important, la perméabilité de l’intestin aux anticorps diminue ensuite et devient médiocre après les 12 heures voire nulle après 24 h.

 

La qualité du colostrum détermine la quantité minimale de colostrum que le veaux doit recevoir.

 

Pour une immunité suffisante la concentration sérique de IgG dans le sang du veau doit atteindre au moins 10 g/L , idéalement 16 g/l. Un veau qui a moins de 6 g/l est  un veau à risque.

Pour une bonne protection, un veau doit recevoir au moins 200 g d’igG dans les premières heures de vie.

 

Si le colostrum contient 50 g/l d’igG (soit un valeur de 22% Brix), le veau devra recevoir 4 litres en total.

 

Echelle Brix

Concentration de IgG g/L

Qualité du colostrum

Quantité minimale à administrer

<15

0-28

Nul

Remplacer, administrer Locatim

15

28

pauvre

7.2 Locatim conseillé

22

50

suffisant

4

30

80

bon

2.5

>30

>80

extra

2 – 2.5

 

REFRACTOMETRE BRIX.

 

Le refractomètre est un instrument optique qui nécessite de lumière pour que la lecture puisse être effectuée.

 

ETALONNAGE :

 

Avant toute première utilisation il est indispensable d’effectuer l’étalonnage de l’appareil. L’étalonnage doit être répété ensuite à intervalles réguliers pour garantir la fiabilité de la lecture.

Placer une goutte d’eau déminéralisée sur le plateau de lecture ( voir image ) et fermer la fenêtre 1.

Avec l’appareil dirigé vers la lumière effectuer la lecture dans l’oculaire (4). La ligne de démarcation entre partie blanche (en bas) et partie bleu (en haut) doit se situer au niveau 0 de l’échelle Brix% (première échelle dès la gauche). Si ce n’est pas le cas tourner la vis (2) avec le tournevis en dotation afin de placer la ligne de démarcation (lecture) sur 0.

L’opération doit être effectué à une température d’environ 20°C

 

LECTURE DE L’ECHANTILLON :

 

Placer une goutte de colostrum (jeter les 1ers jets) sur le plateau de lecture et fermer la fenêtre (1).

Lire le résultat dans l’oculaire avec l’appareil dirigé vers la lumière.

La ligne de démarcation entre partie basse blanche et partie haute bleu indique le résultat qui doit être lu sur l’échelle Brix à gauche.

Nettoyer le plateau de lecture avec du sopalin souple humidifié.

La plupart des colostrums se situent dans une échelle Brix 0-32 %.

Toutefois si le résultat n’est pas visible (colostrum d’une densité supérieure à 32% Brix), diluer l’échantillon de moitié et réessayer. (Dans ce cas le résultat devra être multiplié par 2 pour obtenir l’exacte concentration)

 

Attention : en cas de mammite la densité du colostrum peut s’avérer très élevée sans toutefois que le colostrum soit  adapté pour l’administration au veau.

 

Si le % Brix est trop élevé évaluer l’état de la mamelle et les symptômes cliniques pour exclure un ‘éventuelle mammite. 

Pour une meilleure précision effectuer la lecture de préférence à une température ambiante de 20 °C.

En tout cas l’appareil dispose d’un mécanisme ATC afin de réduire les erreurs dues aux variations de la température ambiante.

 

17/09/2016

A.LEUCCI